La politique mise en place pour l’accueil des étudiants étrangers en France

parce que votre succès de demain dépend de votre orientation d'aujourd'hui !

La politique mise en place pour l’accueil des étudiants étrangers en France

Selon les statistiques, la France accueille près de 300 000 étudiants étrangers chaque année, cependant, ce taux avait diminué dans le courant de l’année 2010 jusqu’à 2015. Il faut reconnaître que cette diminution est un signal d’alerte qui peut causer la crainte d’un délaissement par rapport aux autres pays d’accueil tels que la Grande Bretagne, l’Allemagne ou les Etats-Unis. Pour ce faire, le gouvernement français a décidé de mettre en place un système visant à inciter les étudiants étrangers à poursuivre leurs études sur le sol français.

Pourquoi une telle décision d’attirer un grand nombre d’étudiants étrangers sur le sol français ?

Contrairement aux destinations non anglophones choisies par les étudiants étrangers, que ce soit d’Afrique ou d’ailleurs, la France voit son rang décroître de jour en jour face aux autres pays concurrents tels que l’Allemagne, la Russie, l’Arabie Saoudite, le Canada ou encore la Chine. En effet, le nombre d’étudiants étrangers qui viennent poursuivre leurs études dans un pays prouve la grande ouverture de ce dernier, et pourra influencer sur sa place auprès du monde entier. Qui plus est, le fait d’accueillir des étudiants étrangers permet aussi à la France de gagner de l’argent au niveau de sa caisse.

Quelles sont les stratégies que le gouvernement français envisage d’adopter pour y arriver ?

C’est pourquoi, le gouvernement français souhaite améliorer la force d’attractivité du pays par rapport à ses concurrents, tout en misant sur la qualité de l’éducation mais aussi la réforme au niveau des droits d’inscription ainsi que les programmes de bourses et d’exonérations. La simplification de la délivrance de visa étudiant fait également partie de ces stratégies adoptées pour attirer davantage d’étudiants étrangers ainsi que la multiplication des « campus franco-étrangers » et le « doublement des partenariats avec l’Afrique ».

Aujourd’hui, il est possible d’utiliser la numérisation pour les procédures liées à l’acquisition de visa étudiant mais aussi des démarches administratives relatives aux paperasses en rapport avec les études en France. On peut prendre comme exemple le modèle du Campus franco-sénégalais ou de l’UFTAM (Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée). Le gouvernement français envisage de créer des campus délivrant des diplômes français à l’étranger. Cela aura une influence considérable sur le rayonnement de la France mais également sur le développement de la francophonie de part le monde.

Voilà les points à savoir en ce qui concerne les efforts mis en place par le gouvernement pour répondre aux besoins des ressortissants étrangers qui souhaitent poursuivre leurs études sur le sol français.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *