Impact du Brexit sur l’immigration scolaire en Angleterre

parce que votre succès de demain dépend de votre orientation d'aujourd'hui !

Impact du Brexit sur l’immigration scolaire en Angleterre

Le 23 juin 2016, lors d’un référendum organisé par David Cameron, ancien premier ministre britannique, plus de 51 % des Britanniques votent pour la sortie de la grande Bretagne de l’Union européenne. Cette sortie qui a forcé le déclenchement de l’article 50 du traité de l’Union européenne se fera en douce en deux ans. C’est la nouvelle première ministre britannique qui se chargera de la négociation de la sortie. Mais ce Brexit est lourd de conséquences sur tous les plans. Découvrez son impact du Brexit sur l’éducation.

Qu’est-ce que le Brexit ?

Ce terme désigne la sortie de la grande Bretagne de l’Union européenne. C’est une abréviation de « British Exit » qui signifie « la sortie de la grande Bretagne ». 51,9 % des Britanniques ont voté pour « leave » c’est-à-dire « sortir ». Cette sortie a entrainé la démission du Premier ministre après sa campagne pour rester au sein de l’union. Le processus de négociation est supposé prendre fin en mars 2019.

En attendant, la grande Bretagne continue de négocier avec les autres états ou membres de l’Union européenne. Cette sortie sera tout de même lourde de conséquences sur la politique, l’économie, les finances, l’éducation, la libre circulation des personnes, l’immigration scolaire, bref, sur tous les domaines de la vie.

De possibles restrictions pour les étudiants étrangers

Il est vrai que rien n’est encore décidé quant à l’immigration scolaire. Mais la question ne saurait sortir de l’esprit des Britanniques et des membres de l’Union européenne : faut-il un passeport pour aller en Angleterre ? Car en ce moment les Européens membres de l’union n’ont pas nécessairement besoin d’un passeport. Une carte de citoyen européen suffit. Le gouvernement de Theresa May envisage une réduction conséquente de l’immigration, et l’inquiétude repose sur la possibilité pour ce gouvernement de compter les étudiants étrangers dans les statistiques de l’immigration.

Les étudiants européens en Angleterre sont considérés comme des Britanniques, donc ils payent les mêmes frais que ceux-ci. Mais il y a de fortes chances que l’après-Brexit vienne changer la donne. Ils pourraient se voir imposer les frais que payent les étudiants internationaux. Cette situation pourrait donc avoir un impact sur les Camerounais vivant en Europe et souhaitant aller étudier en Angleterre.

Une autre inquiétude est celle du recrutement des professeurs et enseignants étrangers dans les MBA. La plupart des enseignants de ces institutions ne sont pas des Britanniques, et les questions sur leur avenir taraudent leur esprit. Sans oublier qu’il pourrait devenir compliqué de recruter des étrangers.

Quelques bonnes nouvelles !

L’immigration des étudiants internationaux ne sera pas limitée si ceux-ci remplissent les conditions des universités et apportent la preuve de leur frais et de leurs séjours. Le ministre de l’Intérieur britannique Javid Sajid a expliqué que le gouvernement britannique a pour ambition de faciliter l’installation et l’embauche des jeunes diplômés internationaux.

Les étudiants africains qui souhaitent immigrer en Grande-Bretagne auront comme toujours le statut d’étudiants internationaux. Ils devront se tourner en priorité vers les formations comme la médecine, la construction ou le bâtiment, car la main-d’œuvre dans ces domaines est en pénurie, et les étudiants qui se formeront dans ces domaines auront plus de chances de trouver un travail dans le pays après leurs études.

Rien ne prouve que tout ce qui précède sera adopté ou signé, car les négociations sont encore en cours. Attendons le 29 mars et tout le monde sera fixé.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *