Camerounais et africains en Belgique

parce que votre succès de demain dépend de votre orientation d'aujourd'hui !

Camerounais et africains en Belgique

Racisme et xénophobie, ce sont les lots quotidiens de beaucoup d’étudiants Africains qui viennent poursuivre leurs études en Europe, et cela même en Belgique. Beaucoup d’étudiants originaires du continent, subissent chaque jour des propos racistes, que ce soit à l’université, dans les rues, dans le métro et partout ailleurs. Un grand nombre de personnes mais aussi de personnalités politiques ont dénoncé cette pratique, d’autant plus que l’ampleur du problème est sans égal.

Le passé colonial de la Belgique,

Contrairement aux pays colonisateurs tels que la France, la Hollande ou autres, le territoire belge avait été interdit par la population Congolaise, qui était la colonie belge à cette époque. Les rares occasions où le peuple Belge avait entré en contact avec la population noire étaient durant les expositions dans les Zoo Humains, où les colons avaient le plaisir de démontrer combien la race blanche était supérieure à la race noire.

L’objectif étant de montrer l’infériorité et la primitivité de la population noire. Ce regard est resté ancré dans la mentalité des gens même jusqu’à ce jour. Ce sentiment de supériorité qui animait la colonisation continue son chemin sous une autre forme, beaucoup moins violante qu’il paraissait durant l’époque coloniale, mais toujours présente

Un lien entre le passé et le présent 

Beaucoup d’étudiants Africains souffrent aujourd’hui de la stigmatisation ainsi que des préjugés comme quoi, les étrangers ne souhaitent que profiter des avantages offerts par le système social belge, ou encore, que les étrangers ne sont venus en Belgique que pour voler le travail des Belges de souche.

Outre cela, la population noire est vue comme étant des personnes qui ne sont pas intellectuel mais qui ont une force physique supérieure, c’est pourquoi ils sont appelé à faire des travaux nécessitant beaucoup d’endurance. Lorsqu’on est noir en Belgique ou dans tout autre pays d’Europe, on est souvent jugé comme un footballeur ou un danseur traditionnel.

Cette image primitive dont l’Afrique a souffert depuis des générations ne cesse d’être véhiculée dans les magazines, les publicités, les films et bien d’autres supports audiovisuels, et cela pour répondre aux soifs d’exotisme de la population occidentale.

Les ONG ne contribuent pas non plus à améliorer ces fausses idées reçues et encrées dans la mentalité des gens, puisqu’ils pensent que l’Afrique c’est ce pays qui a besoin de l’aide des blancs pour pouvoir se nourrir, se vêtir et se trouve dans un marasme de misères : les mêmes pratiques durant l’époque coloniale mais sous un autre revers.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *